Intervention CFDT de Bourgogne Franche-Comté au Conseil National Confédéral de mai 2017 : actu politique et sociale & développement syndical.

Publié le 19/05/2017 à 14H09
Comme elle le fait chaque trimestre, la CFDT a réuni son Conseil National Confédéral (CNC) mi-mai. Laure NICOLAI y a fait une intervention commune aux régions CFDT de Bourgogne et de Franche-Comté. Logique puisque le travail de construction de notre grande région CFDT Bourgogne-Franche-Comté est bien avancée et que sa naissance est prévue pour fin juin 2017.

Participaient à ce CNC : Dominique AUBRY-FRELIN (Bureau national URI Franche-Comté), Chantal DELHOMME (Bureau national et Sec. générale URI Bourgogne), Juliette DEHARO Sec. CFDT Côte d'Or, Frédéric MARION (resp. formation professionnelle CFDT Bourgogne), Alain MISCHLER (Sec. général URI Franche-Comté), Laure NICOLAI (Sec. santé-sociaux CFDT Côte d'Or) et Patrick PEREIRA Sec. CFDT Nièvre.

Au menu de ce CNC :  

  • Le débat d’actualité revendicative et une table ronde sur l’état de l’opinion après les élections présidentielles,
  • Une table ronde "pour une sous-traitance responsable",
  • Chantier « Améliorer notre fonctionnement et notre organisation : les pistes des solutions les plus soutenues » et les résultats d’une Enquête flash sur le ressenti des discriminations (âge/genre/ethnique/etc.) dans l’accès aux responsabilités syndicales du Syndicat à la Confédération en passant par les régions et fédérations,
  • Travaux en ateliers sur le projet de résolution de notre prochain congrès confédéral Rennes en 2018,
  • Et enfin le bilan de la réforme de la Caisse nationale d'action syndicale (CNAS), la « clôture » des cotisations 2016 et l’approbation des comptes de cette même année en présence des commissaires aux comptes.

 

 

L'intervention des Régions CFDT de Bourgogne et de Franche-Comté par Laure NICOLAI pour les 2 URI 

 

Dans le cadre du débat d’actualité revendicative, Laure NICOLAI actuelle secrétaire du syndicat CFDT santé-sociaux de Côte d’Or et pressentie pour devenir secrétaire générale de la CFDT Bourgogne-Franche-Comté a pris la parole au nom de nos 2 régions : « Voilà 2 ans que nous travaillons ensemble et parler chacun de notre côté n’a plus beaucoup de sens, tant nous partageons débats, réflexions et décisions collégiales ». 

 

L’intervention a bien sûr d’abord porté sur l’environnement politique avec la présidentielle, son climat de défiance, l’importance du vote Front National, le difficile 1er mai, etc. : « Il faut donc se battre contre les pratiques du populisme, ingrédients favoris de l’extrême droite. Même s’il faut bien avouer que, parfois, il est difficile de contre argumenter...face à des citoyens excédés, en colère, ne sachant plus à qui faire confiance, souvent désespérés, mais ne faisant pas forcément référence à l’idéologie frontiste.….Les valeurs, si elles sont toujours à défendre, ne sont plus suffisantes dans leur simple expression.  C’est leur nécessaire concrétisation dans notre quotidien qui favorisera le recul de cette gangrène du vivre ensemble. Les réponses sont dans les mains des nombreux acteurs de la vie politique, syndicale, sociale. Elles ne doivent avoir qu’un seul objectif : redonner du sens, des repères et de l’espoir en l’avenir. Le combat contre le populisme ne peut se mener sans un accès facilité à la connaissance et à la compréhension des choses ».

 

Et Laure de conclure cette séquence : « Libres et engagés, nous devrons garder le cap. La CFDT continue à défendre ses valeurs et les actions qui leur donnent sens. Nous ne serons pas plus cléments avec le nouveau président qu’avec les précédents. Le dialogue social reste à promouvoir comme pilier du construire ensemble, et cela sans compromis. Il nous faut affirmer le temps nécessaire au débat sans s’y enliser. La recherche de résultats, les réalisations concrètes doivent conduire nos actions ».

Notre camarade est ensuite intervenue sur la place de la CFDT et son développement : « Tout comme le nouveau Président et son gouvernement ont une certaine obligation de réussir, la première place de la CFDT, elle aussi nous oblige » … et bien qu’une grande fierté soit ressentie par nos militants, elle a été accueillie sans arrogance, car ils savent déjà quelle exigence cela demandera au quotidien ».

 Le projet de résolution de notre prochain congrès de fusion des CFDT de Bourgogne et de Franche-Comté se réinterroge sur le fondement même du développement et de l’adhésion. Si nous souhaitons replacer le salarié adhérent au cœur de notre action, il faudra l’affirmer en préalable de tout travail sur le développement. C’est pourquoi, il nous a semblé important de débattre sur une affirmation mis au débat dans l’avant-projet de notre résolution : « Adhérer à la CFDT, pour un salarié, c’est faire acte d’émancipation. Rejoindre d’autres salariés, c’est sortir du face à face inégal avec l’employeur, accéder à des services y compris pour accompagner les transitions professionnelles, s’inscrire dans une participation à la construction de réponses aux  grands défis qui impactent la vie de salariés, en sortant du fatalisme. » ….

 

….Et conclusion de notre intervention tournée vers cet avenir : « Notre congrès de fusion est une opportunité qui doit nous mobiliser sur l’organisation de la proximité des salariés et de nos militants pour les soutenir efficacement dans leurs missions d’élus et de représentants syndicaux ».

 

 

+ le "plus" adhérent : l’intervention complète est en ligne sur la partie « adhérent » de notre site internet.